Il y a un an de cela, en octobre, on me demandait de façon quelconque ce qui me ferait vraiment plaisir à Noël cette année là. A vrai dire, rien ne me tentait. Je ressentais n’avoir besoin de rien. Ou si, peut être encore cette envie insatiable de vivre ma vie, vivre mes rêves. Partir sur les routes américaines, qui ne l’a jamais rêvé ?

Août 2015. L’amérique, la vraie, elle se présente à moi. Elle est là, je peux la toucher du bout des doigts. J’atterris à San Francisco. Est-ce que je me rends compte que je suis clairement en train de vivre un rêve éveillé ? Du tout.

Les jours passent, les routes et villes défilent sous mes yeux de vraie gosse. Les paysages aussi. Et quels paysages ! Avez vous déjà ressenti ce sentiment de souffle coupé lorsqu’un merveilleux paysage s’offrait à vous ? Avez vous déjà ressenti l’envie de rester assise, là, une journée entière, pour scruter chaque détail de cette nature plus vivante que jamais ? Voyons, tout le monde devrait ressentir un jour cela. C’est ce sentiment qui nous rend plus vivant, qui nous donne envie de remercier je ne sais qui pour avoir la chance de voir un ours se balader au sein de Yosemite Valley, d’embrasser du regard un Bryce Canyon majestueux, de rencontrer en toute humilité le Grand Canyon, de ressentir l’effervescence de Las Vegas.

Les visages passent et ne se ressemblent pas. Faire un road trip aux Etats-Unis, c’est aussi se confronter à la mendicité dans les fins fonds de Los Angeles, cette ville qui fait tant rêver le monde. C’est se souvenir de cette femme qui peignait avec passion un pan du Balboa Park à San Diego. C’est la simplicité des habitants de chaque ville, toujours heureux de voir des étrangers s’intéresser à leur milieu, en allant toujours de leur petite anecdote sur la France qu’ils ont connu. C’est la rencontre avec un peuple si proche et si différent du nôtre en plein milieu de Monument Valley, les Navajos, des indiens au regard dur mais au sourire jovial.

Qui n’aimerait pas ressentir cela une fois dans sa vie ? Ce sentiment de liberté, la plus belle chose qui puisse arriver à l’être humain. Rouler, rouler, au rythme du vent, des musiques entêtantes qui passent à la radio, des nouvelles qui passent aux infos, des aléas de la météo. Tout le monde devrait connaître ça.

Chère Amérique, je suis heureuse d’avoir fait ta rencontre. Grâce à toi, j’ai eu la chance d’en prendre plein les yeux, et de sentir mon coeur s’emballer à la vue de choses impensables encore quelques mois auparavant. Il faut le vivre, il faut le voir, pour le comprendre, pour le ressentir.

Chère Amérique, je te dis à bientôt. Pour sûr.

« Je vous souhaite des rêves à n’en plus finir, et l’envie furieuse d’en réaliser quelques uns »

IMG_7915

SHARE

Hello, ici Noemi ! Grande passionnée de voyage et de découvertes culturelles et historiques (barbant, avez-vous dit?), mes terrains de jeux favoris restent l’Europe et les Etats-Unis. Avec toujours cette envie de vous donner le courage de vous lancer, vous aussi, afin de réaliser vos rêves.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here